Interview d'Anne-Catherine Pozza, fondatrice d'Orchydia Coaching

Date  14.10.2011
Afficher l'article

ACTU PME En qualité de business coach, vous participez à l’évolution du paysage professionnel et de l’état des pratiques managériales avec les entreprises que vous accompagnez. Comment les entreprises abordent-elles aujourd’hui la question du développement des compétences de leurs managers ?

Anne-Catherine POZZA Certaines entreprises - encore largement minoritaires - sont très conscientes de l’impact des soft skills sur l’efficience de leurs managers en terme de qualité de communication, gestion du stress et leadership. Ce que nos clients apprécient particulièrement chez Orchydia Coaching est d’accompagner les dirigeants vers l’excellence grâce à l’intelligence émotionnelle. Elle englobe la conscience de soi, l’assertivité, la tolérance au stress et au changement, la confiance et la flexibilité. Travailler en flux tendu sur une période de plus de six mois, sans connaître une vraie source de motivation (le salaire n’est pas un moteur suffisant) affecte la santé et peut provoquer un turnover annuel de 30% ou plus, entraînant des pertes se chiffrant en millions de francs selon la taille de l’entreprise.

ACTU PME Certaines approches traditionnelles de formation au management se révèlent souvent peu efficaces, et pourtant elles sont loin d’avoir disparu. Qu’est-ce que votre approche à d’innovateur ?

Anne-Catherine Pozza Les approches classiques engagent la personne et le formateur au plan cognitif (acquisition de connaissances techniques, amélioration des performances), parfois expérientiel (rafting, canyoning, team building) plus rarement au niveau de l’intelligence émotionnelle. Un engagement au niveau du coeur tel que je le propose est plus délicat. En effet, il implique la personne dans sa globalité (valeurs intimes, métacognition), tout en restant dans la sphère professionnelle.

ACTU PME On observe de nos jours que la gestion des compétences est devenue un thème central en management. Or, tous les chefs d’entreprise n’y sont pas préparés car cela nécessite des qualités très variées (finances, marketing, RH…). Ce qui peut provoquer des frustrations et même un manque d’assurance. Comment peut-on accompagner ces managers à acquérir, développer ou retrouver une solide et profonde confiance en soi ?

Anne-Catherine Pozza La confiance en soi s’acquiert au fil des expériences. C’est la capacité de lâcher prise sur les peurs et le besoin de contrôler. Manquer de confiance peut s’avérer paralysant. Une fois acquise cette compétence, vous pouvez avancer. Une faible estime de soi est aussi un obstacle. Le coaching va aider la personne à retrouver sa valeur intrinsèque et sa dignité. Nous aidons nos clients à mobiliser leurs ressources de reconnaissance de soi, valorisation et auto-motivation. Devenir affectivement autonome est le plus grand bénéfice du coaching Orchydia, car la dépendance émotionnelle entraîne des comportements tels que la soumission, la frustration, la colère, voire la tyrannie, le manque de concentration, parfois l’addiction ou la compulsion.

ACTU PME Un désaccord qui éclate au sein d’une équipe a pour conséquence une dégradation des relations, une perte de motivation et même une baisse de l'efficacité. Il revient donc au manager de restaurer un climat favorable pour un meilleur épanouissement des collaborateurs. Quel mode d'intervention et de comportement un chef d’entreprise peut-il adopter pour résoudre une situation conflictuelle?

Anne-Catherine Pozza Le désaccord n’est que le déclencheur qui va révéler un dysfonctionnement plus profond, voire permanent du management. Des études ont montré que les conflits éclatent suite à une baisse de motivation et qu’à l’origine, il y a un problème humain, en particulier une mécompréhension de la posture d’autorité. Je travaille avec le manager, le chef d’équipe pour autant que celui-ci ne soit pas dans le déni. Nous investiguons alors ensemble ses schémas de pensée (conscients et inconscients), ses modes de comportement, sa gestuelle et la conscience qu’il a de sa mission, de la place qu’il occupe et de sa motivation. La mise à jour de son mode de fonctionnement systémique est une clef essentielle à sa compréhension. Cet éclairage le fait rapidement sortir de sa confusion, lui permet de gouverner son esprit, cesser de réagir sur la base d’aprioris et entrer en relation saine avec ses collaborateurs, ses pairs et sa hiérarchie.

Je me souviens d’un cas particulièrement frappant d’un responsable d’équipe qui venait de prendre le poste de chef dans le domaine de l’horlogerie. Ses collaborateurs cessaient de parler quand il entrait dans l’atelier. Il redoutait tout contact tant la tension était perceptible. Comment transmettre un ordre dans ces conditions ? Il guidait son équipe « avec la tête » pleine de préjugés. En sept sessions, nous avons désencombré le mental et ouvert le cœur. Au programme : empathie, écoute, assouplissement de la gestuelle, pose de voix. Le résultat a été salué par la direction RH qui constatait : « ça rigole à nouveau dans l’atelier ». La bonne humeur avait retrouvé sa place au sein de l’équipe. Conditions de travail idéales.

ACTU PME Est-ce que le module « Love coaching » que le cabinet Orchydia propose peut-il également intéresser les chefs d’entreprise ?

Anne-Catherine Pozza Le Love Coaching by Orchydia peut être compris comme le développement des compétences relatives à l’état amoureux. Comme vous le savez, quand on est amoureux, on déplace des montagnes. Comment êtes-vous quand vous êtes amoureux ? Ouvert, confiant, pétillant, audacieux, présent, engagé, souriant, créatif, empathique, rayonnant, loyal, tolérant, agile, proactif, inspirant. La recherche que j’ai menée en 1997 à l’université de Genève démontrait que les qualités de la personne amoureuse s’apparentent à celles de la personne créative et que les personnes créatives sont celles qui ont le mieux équilibré leurs polarités féminines et masculines et donc leurs deux hémisphères du cerveau. C’est pourquoi, je propose tant le Creative Coaching que le Love Coaching qui sont pour moi des manières différentes de nommer la même démarche, soit le développement de quatre axes de compétences, clefs du succès : L’écoute, l’expression, le toucher et la gratitude.

Apprendre à s’écouter, c’est reconnaître et respecter ses vrais besoins, être capable de s’octroyer des temps de pause, passer du mode Devoir à celui de Plaisir. Je dois, il faut versus je veux, j’aime. Sortir d’un système de routines mentales constitué de stimulus-réponses pré-conditionnés, voire toxiques. « Je suis énervé, frustré, fatigué, je me tire un café ou une clope, ou je me passe les nerfs sur le dos d’un collaborateur ». L’écoute lorsqu’elle s’accompagne de conscience corporelle est vitale, c’est elle qui nous signale lorsque nous nous trouvons dans un environnement inadéquat, qui nous permet de réagir à une situation. C’est une forme d’intelligence instinctive. Très utile pour les dirigeants lorsqu’ils doivent prendre une décision importante, ou qu’ils souhaitent aiguiser leur flair ou leur vision prospective.

Ensuite, écouter l’autre sans l’interrompre ni préparer mentalement une réponse. Apprendre à écouter, c’est apprendre à faire le vide dans son esprit. Mettre de côté, le temps d’un échange, tous les problèmes non résolus, ressentiments, frustrations, colères rentrées, jugements, conventions sociales, conditionnements, limitations pour accueillir la parole de l’autre d’une oreille « vierge » et bienveillante. Ecouter, c’est être pleinement là, présent, aussi intensément que lors d’une méditation zen. Cette attention permet d’emmagasiner des informations tant verbales que non verbales, d’offrir à son interlocuteur de l’empathie et du feedback.

Savoir communiquer. Avec clarté, concision et enthousiasme afin de permettre à vos collaborateurs d’adhérer et participer librement. C’est un art qui s’apprend. Le message est-il clair ou manque-t-il d’informations, reste vague, sans cohérence ? Pour développer congruence et charisme, le Love Coaching est un outil essentiel. Communiquer, outre la nécessité de transmettre un message, c’est aussi trouver le ton juste, le moment adéquat, la gestuelle qui fait sens. S’exprimer ne se fait pas uniquement avec le cerveau, mais aussi avec le cœur ouvert et une implication corporelle afin de toucher son auditoire.

Le toucher, pourtant inévitable est encore parfois tabou en entreprise. D’une simple poignée de main à une accolade entre collègues, une palette de gestes. Déplacer un meuble, s’assoir silencieusement ou en tirant sa chaise bruyamment. Se déplacer dans les couloirs en brassant beaucoup d’air ou en rasant les murs. Comment transmettre des documents ? En les jetant négligemment sur le bureau ou en prenant soin de les disposer correctement sur la pile prévue à cet effet. Tous ces petits gestes en disent long sur notre façon de toucher le monde environnant.

Enfin la gratitude. Attitude de celui qui reconnaît le bienfait d’une chose ou d’une personne, ressent de la joie et l’exprime. Qui aujourd’hui en entreprise est davantage capable de voir le verre à moitié plein qu’à moitié vide ?

Imaginez une entreprise ou tout un chacun arrive le matin avec le sourire, comme s’il avait passé une nuit d’amour. Utopique ? Les grandes expéditions ont toujours commencé par un petit pas.



Interview réalisée par Thierry Dime
Photo : Josh Fassbind

Copyright © Actu PME - Tous droits réservés

Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur LinkedIn Partager sur XING Partager sur Viadeo Partager sur Google Buzz Partager sur MySpace  Envoyer à un ami Imprimer

 

Orchydia ©  │ © Les textes ne peuvent être copiés sans autorisation  │  Coaching et formations à Genève