Oser n'est-il pas l'anagramme d'Eros?

Date  05.09.2003
Afficher l'article

Oser est l'anagramme d'Eros

Elle anime des ateliers pour s'ouvrir à la sensualitéElle se fait appeler Orchydia et vous invite à « plonger vos doigts badins dans l'encre de vos désirs »

PORTRAIT ORCHYDIA Elle anime des ateliers pour s'ouvrir à la sensualitéElle se fait appeler Orchydia et vous invite à « plonger vos doigts badins dans l'encre de vos désirs ». Une identité fleurie à l'image de cette Genevoise de 38 ans, décomplexée, qui se délecte des mots et des sensations sans tabou. Dans ses ateliers, on s'initie à l'écriture érotique, on parle, on sculpte, on goûte, on lit, on écoute. Grande, svelte dans une robe à bretelles rouge, Orchydia annonce d'entrée la couleur: « Le but est de libérer son élan créateur. Oser n'est-il pas l'anagramme d'éros ?» Pas particulièrement férue de littérature, ni de lectures osées d'ailleurs, cette mère de deux enfants, de 7 et 8 ans et demi, se découvre une passion, par hasard, il y a trois ans, en feuilletant l'annonce d'un concours d'écriture de contes érotiques. Elle se lance. « De 9 heures à 15 heures, je n'ai pas posé mon crayon, se souvient-elle. J'y raconte les joutes sensuelles de trois personnes autour d'une chaise de l'amour ... » Son texte, « Le promontoire », est sélectionné par le jury et publié. « Ça a révélé un côté de moi coquin, adolescent », lâche-t-elle en riant.Emballée par l'expérience, l'ancienne cheffe de pub décide de convertir les autres. Pour la touche de mystère, elle se voile d'un pseudonyme. « Orchydia ? C'est l'orchidée, bien sûr, sa couleur, son parfum, son côté exotique et délicat, répond-elle de sa voix douce et malicieuse. Mais orchis veut aussi dire testicules, car l'orchidée fait de petits bulbes. Le mariage du féminin et du masculin. »

Devenue grande prêtresse de l'érotisme, Orchydia reste, avant tout, une mère et une épouse. « Au début, mon mari avait des craintes, mais aujourd'hui c'est une joie pour lui de voir une fleur qui s'épanouit. »Pour éveiller l'érotisme, ce ne sont pas les moyens qui manquent. Les « élèves » ?toujours en petits groupes ? peuvent être amenés à sculpter une zone érogène les yeux bandés. Gourmande, Orchydia leur propose aussi de goûter, de sentir et même de plonger leurs mains dans du chocolat à 40 degrés: « C'est chaud, doux, parfumé, d'une sensualité extraordinaire. Le plaisir originel !»Son prochain rendez-vous est ambitieux, comme toujours. Elle l'a baptisé « Sodome et glamour ». Si Orchydia n'a, à l'évidence, pas peur des mots, elle refuse pourtant de tomber dans la vulgarité. « Ceux qui viennent pour apprendre une technique ou chercher à séduire ne sont pas au bon endroit », prévient-elle. Je ne suis pas non plus une Dr Ruth bis, je n'ai pas de vocation thérapeutique. » La Genevoise rejette aussi la violence et l'humiliation: « Je ne peux pas digérer Sade. Ça ne m'érotise pas du tout. »

Orchydia préfère l'art de la suggestion, l'érotisme dans ce qu'il a de plus ludique. Il suffit d'en parler, et de nouvelles idées fusent. « Je nous y vois déjà. Ça se passera dans la cuisine d'un restaurant, on caressera des épices ... » SITE INTERNET www.orchydia.ch

Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur LinkedIn Partager sur XING Partager sur Viadeo Partager sur Google Buzz Partager sur MySpace  Envoyer à un ami Imprimer

 

Orchydia ©  │ © Les textes ne peuvent être copiés sans autorisation  │  Coaching et formations à Genève