A l'école d'Eros avec Orchydia, L'aventurière de la volupté perdue

Date  14.01.2006
Afficher l'article

Epicurienne et spirituelle, mère de famille et entrepreneuse, elle invite à la découverte des «dessous indécents de Genève». Wahou!

Cette dame-là anime depuis cinq ans des ateliers d’écriture érotique, où quelques Genevois et beaucoup de Genevoises couchent sur papier leurs rêves et émois intimes. On en sort tout chose, paraît-il. Alors, avant le rendez-vous avec cette reine de la plume voluptueuse, l’imagination galope. Forcément. A quoi ressemble-t-elle? A une libertine, tout en gloussements et frou-frou? Ou à une sourcilleuse prof de français, diplômée en mots chauds?
Ni à l’une ni à l’autre. Orchydia, alias Anne-Catherine Pozza dans la vie, a la quarantaine rassurante et le verbe précis. Elle ne badine ni ne professe. Rit parfois, avec élégance. Parle de «synergie» et de «coaching»; de «force vitale» et de «capital confiance»; d’«orgasme céleste» et du «caractère sacré de l’érotisme». Le tout dans un appartement lancéen ordonné avec grand soin et décoré avec un zeste d’orientalisme. Pas un grain de poussière ni de gravure licencieuse en vue.

Art et gastronomie
«Orchydia, c’est une chose; ma vie privée en est une autre», prévient-elle d’emblée, avec un bref sourire. Orchydia donc, c’est sa petite entreprise qui, vu le fond de commerce, ne connaîtra pas la crise. Le désir et la volupté ne sont pas soumis aux caprices du CAC40, tout en offrant un champ de ressources infinies. Depuis ses débuts en 2000, l’active Genevoise a ainsi décliné ses ateliers érotiques sur le mode gastronomique, musical, lexical, pictural ou poétique. Elle s’est fait coach («Trouver la femme sauvage», «Cultiver son jardin secret», etc.) et consultante en entreprise, proposant des séminaires autour de l’audace et de la créativité. Sa dernière idée? Une exploration «des dessous indécents de Genève», invitation à l’écriture friponne in situ, en immersion urbaine. L’aventure démarre dès lundi soir et se poursuit une fois par semaine jusqu’au 29 mai.
Mais d’où vient-elle, l’artisane de ce grand chantier charnel? «De la communication et de la formation», répond-elle. Issue d’une famille de cinq enfants, Anne-Catherine Pozza passe une matu commerciale et un brevet de technicienne en marketing. La voilà cheffe de la pub dans l’industrie pharmaceutique, puis chez Citroën. Elle a des idées et de l’énergie. Elle forme les apprentis avec entrain. Et écrit aussi, «les éditos du directeur dans le journal d’entreprise». Avec l’homme qu’elle aime depuis ses 14 ans, et qu’elle va aimer un quart de siècle durant, elle fait deux enfants qui, s’ils la soustraient au monde du travail, l’éveillent «à son corps et à ses émotions.» «La maternité m’a permis d’apprivoiser mon intimité», résume-t-elle. Fin de la première illumination.
Anne-Catherine se remet aux études. Deuxième déclic: une recherche sur la créativité menée à l’Université. Créativité qu’elle découvre souvent bridée par l’éducation. Oui, comme la sexualité. D’où l’idée que création et érotisme, en germe chez l’être humain, ne demandent qu’à éclore. Orchydia n’est plus très loin.

Ecriture sensuelle
Troisième étape: un concours de littérature érotique, auquel elle participe dans une fulgurance rédactionnelle quasi-mystique. La nouvelle est bonne. Elle est publiée. «Je me suis découvert une écriture sensuelle». Ne reste dès lors qu’à assembler ces bribes d’intuitions, d’émotions, d’expériences et de savoir. Le résultat porte un nom de fleur. Et se propose de réconcilier «le charnel et le spirituel». D’éveiller ce merveilleux poète coquin qui someille en chacun de nous.

Légende: Orchydia : "J'ai choisi de poser à la Galerie Krisal à Carouge. Un lieu épuré et moderne, qui cultive le Beau. La bouche est symbole de la puissance créatrice; premier baiser qui insuffle la conscience. Lèvres gourmandes de Vérité. Elles sont médiatrices et reines pour exprimer l'Amour".  photo : Laurent Guiraud.

Quatre dates de ma vie
* «26 juillet 1993. Je saute à l’élastique d’une grue de 60 m. Ou comment sortir de ma zone de confort.
* 21 mars 1999. Je découvre le livre «Femmes qui courent avec les loups» de Clarissa Pinkola Estes. Un tremplin pour Orchydia.
* 15 août 2003. Je me baigne nue dans la mer. Pur délice.
* 24 janvier 2006. J’anime un atelier intitulé «les 5 sens au service de la créativité en Entreprise» pour le Cercle des Dirigeants d’Entreprises, dans le cadre de Place des affaires. Rencontre avec le monde du business.» 


Tribune de Genève, Jérôme Estebe, 14 janvier 2006

Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur LinkedIn Partager sur XING Partager sur Viadeo Partager sur Google Buzz Partager sur MySpace  Envoyer à un ami Imprimer

 

Orchydia ©  │ © Les textes ne peuvent être copiés sans autorisation  │  Coaching et formations à Genève