Appel à rencontrer l'Amour

Date  00.06.2005
Afficher l'article

Appel à rencontrer l’Amour

Avec les couleurs de l’érotivité*, Orchydia nous convie à lancer à haute voix un appel à l’Amour.


ROUGE, désir et union
J’ai le cœur qui pulse, j’ai le sang qui bat. Les pieds bien ancrés au sol, des rêves plein la tête et le désir au corps, je bande l’arc de mon souffle vital. Chaleur, feu et passion transforment mes peurs en fulgurance. A l’intérieur de moi fusionnent puissance et vulnérabilité. J’ouvre la fenêtre sur mes secrets les plus sacrés et j’hume l’air du temps. Je formule le vœu avec force de te rencontrer. Toi, Homme, je te désire intensément. Toi, qui as tout comme moi, défini tes choix, tu connais ton rythme, tes désirs, tes valeurs. Libre de créer une alliance, tu es délié du joug parental ou d’un amour déçu. Le sexe pour toi, n’engendre pas le besoin de posséder, de remplir ou combler. Je t’accepte dans ta différence. J’ai envie en ta présence d’honorer et aimer tout mon corps et de savourer le tien. De m’abandonner dans tes bras à une totale disponibilité de mes sens. Corps, cœur et esprit. Je griffe le velours de ta peau, comme pour mieux unir ce qui nous distingue. Féminin - Masculin, nous sommes ensemble la liberté en mouvement. Nous célébrons la beauté de l’Amour.

ORANGE, Impermanence et incompréhension
Entendras-tu mon appel ? J’accepte de ne pas le savoir. Je me laisse traverser, envahir pas les émotions. Je pleure, je ris, je danse en faisant des ronds avec mon ventre. Je fais confiance à la générosité et à l’abondance de ce qui m’est donné de vivre. Le flux et le reflux de mon énergie. L’échange entre le dedans et le dehors. Mon biorythme est variable et m’invite à la divagation. Why not ? Je m’autorise quelques extravagances. Et si j’allais faire ma lessive au lavoir. Pourquoi ne te rencontrerais-je pas dans une gare, une cabine d’essayage ou un bateau ? Je laisse mes pas flirter où jamais je ne suis allée. Une forêt, un lac, un monument. Je me promène au hasard, sans craindre de me perdre. Et là, toi l’Inconnu, saurai-je te reconnaître ? Maintenant que j’ai ôté de mes yeux les filtres qui me faisaient dessiner un portrait-robot qui sûrement ne te ressemble pas. J’accepte le flou, les circonstances bizarres. J’ai envie de goûter à des situations nouvelles, sans préjugés. Aller dans un sauna, un vidéoclub, un restaurant chic. M’habiller coquine, me coiffer badine ou en clown. Je suis calme à l’intérieur. Je me détache avec optimisme. Mon souhait se manifestera. Je ne sais ni où, ni quand ni comment.

JAUNE, Fraîcheur et insouciance
Ma rencontre amoureuse, je l’imagine avec toi comme une exploration curieuse et naïve, un vagabondage espiègle et joyeux, une déambulation méditative ou frivole. Je gambade nue dans le pré de ton corps posant une attention aiguisée et sensible sur chaque bourgeon de sève. L’Amour est pour moi un jeu d’enfant. Malicieuse ou bouffonne, je te parle dans une langue que je ne connais pas. Je lutine le déhanché de tes reins avec une innocente audace. Je dépasse les bornes de mes œillères et trouve des zones érogènes surprenantes, inhabituelles, rocambolesques. Je me sens en confiance dans les méandres du plaisir intime. Je suis qui je suis dans mon originale diversité. Je sais que tu m’acceptes avec cette sage folie. J’assaisonne les sentiers de nos joutes sensuelles d’effluves affectives et de quelques surprises. Les bonbons et les caresses enjouées savent reconnaître les chemins les plus courts pour mener à l’Amour. Une relation est telle une respiration. Il y a rencontre comme deux vagues, l'une contre l'autre. La sagesse et l'équilibre de ce souffle demande aux deux afflux de se retirer et de mourir paisiblement dans leur propre creux au fond duquel renaîtra le désir spontané et joyeux de se retrouver au coeur d'une aérienne et savoureuse écume de mer.

VERT, Accueil et abandon
Mon corps, telle une liane souple se balance en équilibre entre donner et recevoir. Je laisse fluer la sève printanière de mon corps et caresse la vie par la peau. Je suis attentive, sensible et réceptive à la vibration de ton coeur tout en restant fidèle à l'expression de qui je suis. J’écoute, je ressens, j’accueille et m’abandonne à la douce respiration de nos regards. J’accepte le rythme circulaire de la création et du désir. Incubation, accroissement, force, dissolution, mort et renaissance d’un cycle. Ainsi, je me livre avec flexibilité aux mouvements de ton bassin, désinhibée de toute frustration ou attente. Je te reçois avec la plus délicieuse gratitude. Témoin de ce qui en moi s’érige, je m’émerveille de la beauté et la richesse de ton enveloppe charnelle. Dans cet harmonieux ballet sensuel, je m’ouvre avec toi à l’amour inconditionnel.

BLEU, Espace - temps
J’ai supprimé les sonneries intempestives de mes connections égotiques, débranché les prises de tête, quitté le tumulte de mes sempiternelles futilités. Je mets la pédale douce à mes fringales génito-centrées. J’ai préparé un nid douillet, posé des coussins colorés sur la tyrannie de l’orgasme. Au ralenti, je prends le temps de m’installer confortablement sur tes genoux. Je fais le silence à l’intérieur de ma cathédrale, pour intensément vivre l’instant présent et écouter le champ infini de tous les possibles. Je respire le frémissement et entre en douceur dans la vérité de l’esprit. Dans cette délicate communion des corps, je me laisse inspirer des élixirs de pureté. Le magnétisme naturel de nos sexes nous rassemble. Dans une extrême lenteur, je puise dans mes ressources l’expression profonde de ma reliance au Soi créateur. Dans cet espace-temps illimité, Homme, je te rencontre.

INDIGO, Libre-arbitre
Je goûte à l’effluence de ton souffle dans mon cou. Savoure la pression de ta paume dans le creux de mes cuisses. Je ressens clairement ce qui est bon et juste pour moi en ce moment. J’expérimente en conscience tant l’attraction que la répulsion. Je me sens maîtresse de mes sens et je me reconnais le libre-arbitre de prendre ma place, de refuser une suggestive caresse ou de sélectionner mes positions favorites. Après avoir déchiré le voile de mes illusions, je dégrafe les boutons de la honte, traverse le chaos de mes peurs et des mes paradoxes pour exprimer souverainement mes priorités. Je perçois à cet instant une sensibilité accrue. Alors, je jouis de voluptueuses perceptions extrasensorielles et me délecte de l’Essentiel avec discernement. Exhalaisons de ce voyage vers les souvenirs de l’âme.

VIOLET, l’unicité et le sacré
Dans l’éventail polychrome de nos retrouvailles, j’incarne le mystère entre ciel et terre, dans la peau d’une divine locataire. Mandala enchanteur et sensuel, le rituel qui nous unit entre corps et esprit, touche à ma nature sauvage, instinctuelle. J’entends résonner en moi les notes apaisantes de ma harpe sacrée. Sur l’arc-en-ciel de l’extase, je vibre à l’unisson avec la félicité originelle. Je suis une et multiple, hologramme de l’Amour. Majestueuse transcendance de ce bonheur partagé, je forme avec Toi, la danse d’une heureuse trinité. Je déploie les ailes de ma liberté et touche avec grâce à mon invincibilité. Trouverai-je dans ce geste ultime la véritable conscience ? Telle est ma mission. Le découvrir et vous le raconter.


Orchydia C.


* L’érotivité est le néologisme inventé par Orchydia pour dire le subtil mariage entre érotisme et créativité. Un ouvrage sur le sujet est en cours de réalisation.

Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur LinkedIn Partager sur XING Partager sur Viadeo Partager sur Google Buzz Partager sur MySpace  Envoyer à un ami Imprimer

 

Orchydia ©  │ © Les textes ne peuvent être copiés sans autorisation  │  Coaching et formations à Genève